Xpujil et Calakmul, cités maya dans la jungle

Pyramide de Becan

Après notre séjour à San Cristobal de las Casas, nous voulions visiter la fameuse cité Maya de Calakmul. Puisqu’elle se trouve au milieu de nulle part, enfouie dans la jungle, nous avions besoin d’une ville-étape qui nous servirait de point de départ pour cette excursion.

Notre choix s’est porté sur la petite ville de Xpujil (environ 4000 habitants). Pour y aller, nous avons pris à nouveau un bus de nuit au départ de San Cristobal qui nous a amené au terminal d’Escarcega. Ce trajet s’effectue avec la compagnie de bus OCC, par contre il fallait faire un changement à Escarcega et prendre un autre bus pour aller jusqu’à Xpujil. En théorie, tout devrait bien s’enchaîner. En pratique, notre bus qui était censé partir à 8h50 de Escarcega avait 2h30 de retard – les joies des transports en Amérique Latine 🙂 Si vous souhaitez optimiser votre temps, nous pourrions vous recommander un taxi local pour éviter la loooooongue attente à Escarcega 🙂

Que faire à Xpujil ?

Xpujil n’est pas d’un grand intérêt pour les touristes, et l’infrastructure touristique n’est d’ailleurs pas très bien développée. De ce fait, la ville nous a permis d’avoir une idée d’une petite ville mexicaine authentique qui ne vit pas majoritairement du tourisme (comme la plupart des villes de la Riviera Maya).

Il y a un site Maya d’importance moyenne qui se trouve directement à Xpujil. Nous ne pouvons pas en parler car nous avons opté pour le site de Becan que nous avons visité dans l’après-midi après notre arrivée.

Le site Maya de Becan

Becan se trouve à une dizaine de minutes en voiture du centre d’Xpujil, et le plus facile est de s’y rendre en taxi (ou à pied s’il ne fait pas trop chaud).

N’oubliez pas de fixer un rendez-vous avec le chauffeur pour le retour, il n’y a pas beaucoup de passage. Le site est un bel exemple de l’architecture du style « Rio Bec » – et il était, au moment de notre visite, presque totalement désert. Forcément, cela a contribué à son charme à nos yeux : (Quasiment) tout seuls avec les ruines Maya, on s’est senti comme des explorateurs !

C’est un beau site peu fréquenté que l’on recommande d’aller voir si vous êtes dans le coin. Voici quelques photos prises lors de la visite :

Où loger et manger à Xpujil ?

Il n’y a pas énormément de choix à Xpujil en terme d’hôtels, et puisque nous ne voulions rester qu’une seule nuit, nous avons opté pour un hôtel économique, l’hôtel Chaac Calakmul. Nous avions un peu de mal à le trouver, mais il est bien situé, à moins de 5 minutes à pied de la station de bus ADO. Cherchez plutôt la pizzeria « La Pizzeta », elle appartient à la même famille et on vous orientera vers l’hôtel.

Il ne faut pas s’attendre à du grand confort, il s’agit plutôt d’une auberge que d’un hôtel. Le petit déjeuner n’est pas proposé. La chambre est un peu spartiate, mais propre et équipée d’une clim (très appréciable car il faisait chaud et humide !). Le wifi marchait sans problème. Etant donné le climat, il y a forcément des moustiques et d’autres insectes, c’est inévitable. Ce n’est pas un hôtel pour passer plus qu’une nuit ou deux, mais pour une étape c’est très bien – et très peu cher.

Le grand avantage est la gentillesse de la famille propriétaire : Manuel, un des fils, nous a amené à Becan le jour de notre arrivée, il nous a conduit à Calakmul le lendemain et finalement jusqu’à Bacalar, notre prochaine station. Cela nous a bien dépanné car nous n’avions plus de transport en commun pour y aller après notre excursion. Nous l’avons évidemment payé, mais c’était moins cher qu’un taxi.

Nous avons dîné un seul soir à Xpujil, et par facilité, nous avons choisi la pizzeria de la famille propriétaire de l’hôtel. « La Pizzeta » se trouve juste à côté de l’hôtel – ou plutôt, l’hôtel se trouve dans la cour derrière la pizzeria. Le repas et le cadre sont plutôt simples, mais les pizzas étaient bons et pas chers – une alternative bienvenue après plusieurs jours de plats mexicains. Le service était assuré par un des garçons du propriétaire, c’est un vrai business de famille !

La cité Maya perdue de Calakmul

Le lendemain de notre arrivée, nous sommes partis à trois (avec un autre hôte de l’hôtel) pour visiter les ruines de Calakmul. La jungle a aujourd’hui repris possession des lieux et a envahi les ruines qui constituaient autrefois une des plus puissantes cités Maya. Pour accéder au site, il fallait faire un trajet de 2h en voiture au départ d’Xpujil, dont une bonne heure sur une route rectiligne qui traverse la jungle. Vous pouvez y aller avec votre voiture de location, avec un chauffeur/taxi ou en excursion organisée.

Calakmul était le siège du Royaume du Serpent et, avec son rival Tikal (situé au Guatemala), une des plus grandes villes de la période classique – on estime sa population à 50 000 personnes. Le site impressionne par son étendue géographique (une superficie d’environ 2 km²), par la hauteur de ses deux pyramides principales et surtout par le fait que la nature a en grande partie recouverte l’endroit. On se promène d’une ruine à l’autre au milieu de la jungle, accompagné des cris d’oiseaux et de singes … c’est une expérience magique !

Quand on fait l’effort de monter sur les pyramides de 45 et 50 mètres, on voit seulement la pointe de l’autre pyramide en face. A part cela, que de la végétation très dense à perte de vue, et difficile d’imaginer qu’au sol reposent les vestiges d’une des cités les plus puissantes de la civilisation Maya. C’est définitivement une expérience unique ! On vous laisse admirer la beauté du site en images :

Il faut compter environ 4 heures pour la visite du site en entier, et il y a plusieurs circuits proposés – plus ou moins longs. Nous recommandons de prendre en photo la carte du site qui se trouve juste après les caisses, car nous avions parfois un peu de mal à nous orienter, et à l’intérieur, les indications se font plus rares. Essayez d’y être le plus tôt possible le matin, idéalement dès l’ouverture des caisses.

Ainsi, vous aurez moins de monde et il fera moins chaud – même si la chaleur et l’humidité se font plus facilement supporter à Calakmul qu’à d’autres sites, grâce à la végétation dense. On était néanmoins assez fatigués après cette journée passée à jouer Indiana Jones au milieu de la jungle :).

(Bretzel)


Commentaires

  1. Bonjour,

    Bonjour.
    Super article qui donne l’eau à la bouche !
    Nous sommes 2 personnes et nous sommes très intéressé de faire cette excursion.
    Nous n’avons pas de voiture et j’aurai voulu savoir comment vous vous êtes rendu à Calakmul depuis Xpujil.
    En taxi ?

    Avez vous une idée des tarifs pour le taxi et pour les différentes taxes sur la route puis sur le site final.

    Merci d’avance.

  2. bretzeletcroissant : novembre 1, 2019 at 12:38

    Bonjour Benoît,
    Nous nous sommes rendus à Calakmul via le tenancier de notre hôtel à Xpujil ( https://www.booking.com/hotel/mx/chac-calakmul.fr.html?aid=1630817&no_rooms=1&group_adults=1 ), qui s’est proposé de nous y emmener – avec un autre touriste pour qu’on mutualise les coûts 🙂
    Au total à 2 (taxi + entrées / taxes), ça nous est revenu à 300 pesos mexicains environ.
    Bon voyage à Calakmul !

    • Bonjour,

      Merci pour la réponse.
      Le hasard a bien fait les choses, nous avons réservé chez la même personne !
      Nous verrons si nous aurons la même possibilité que vous.

      Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *