Basse-Terre en Guadeloupe

Plage de Malendure - Coucher de soleil

Jamais deux sans trois – et voilà le troisième article sur notre séjour en Guadeloupe. Après Grande-Terre et l’escapade aux Saintes, nous vous dévoilerons dans cet article notre programme pour Basse-Terre, la troisième et dernière étape de notre périple d’une dizaine de jours.

Que faire en 5 jours à Basse-Terre ?

Là aussi, vous aurez l’embarras du choix car il y a énormément de choses à faire et à voir. Nous avons passé cinq jours en Basse-Terre, en étant basés à Saint-Claude.

En fonction de votre programme, il y a peut-être des endroits plus stratégiques pour le logement. On en parlera plus en détail dans la partie « Où loger et manger à Basse-Terre ? ».

Jour 1 – Bouillante et Malendure

Le premier jour à Basse-Terre était le jour de plongée de Croissant. Il fallait donc se lever tôt et partir à Bouillante pour la découverte sous-marine de la réserve Cousteau.

Vue sur la réserve Cousteau
Vue sur la réserve Cousteau

Pendant la matinée que Croissant a passée sous l’eau, Bretzel s’est tranquillement posée sur la plage de Malendure. Cette plage finira par être une de nos préférées de Basse-Terre et aussi de la Guadeloupe : le cadre est très beau et le sable noir lui donne un petit côté spécial. C’est aussi un endroit très prisé pour faire du snorkeling. Par contre, nous sommes loin d’être les seuls à l’apprécier, raison pour laquelle il vaut mieux y aller dans la matinée ou en fin d’après-midi.

Par ailleurs, il n’y a pas beaucoup d’endroits où se mettre à l’ombre. Les places de parking se font aussi rares à l’heure du pointe. Petite info supplémentaire : Il y a une petite crique un peu cachée qui se trouve derrière la grande plage, en venant de Bouillante. S’il n’y a pas trop de monde, ce coin est très agréable.

Dans l’après-midi, nous avons visité le zoo de Guadeloupe au Parc des Mamelles (entrée : 15,50 € par adulte). C’est une visite que nous vous recommandons beaucoup, avec ou sans enfants. Il se trouve dans le parc national et permet non seulement de découvrir des animaux, mais aussi et surtout la flore impressionnante locale. On se balade donc en plein milieu de la forêt tropicale, et c’est magnifique ! Pour les amateurs de sensations fortes, vous avez la possibilité d’emprunter un chemin de ponts suspendus à 20 mètres de haute. Cette balade au niveau de la canopée nous a beaucoup plu aussi.

A la fin de cette belle journée, nous sommes retournés sur la plage de Malendure. C’était le moment pour profiter des dernières rayons de soleil et d’un petit apéro, les pieds dans le sable. Et pour couronner le tout, nous avions droit à ce magnifique coucher du soleil.

Jour 2 – La Soufrière

La plupart des touristes venant en Guadeloupe a pour ambition de monter le volcan de la Soufrière. Forcément, il a fallu qu’on y aille aussi ! Avec la voiture, vous pourrez aller jusqu’aux Bains Jaunes (sur la route D11) où il faudra la laisser pour continuer à pied. La randonnée jusqu’au sommeil de la Soufrière (aller-retour) dure entre 4 et 5 heures, selon votre rythme.

Vue depuis la randonnée de la Soufrière

Qu’on vous le dise tout de suite : c’est une randonnée difficile. Ça monte, ça grimpe, ça glisse et surtout sur la dernière partie, il faudra y aller avec les mains pour ne pas tomber. Par conséquent, il faut vraiment être bien préparé. Le minimum sont de bonnes chaussures de randonnée obligatoires, un poncho contre la pluie, suffisamment d’eau et de la nourriture. Nous avons vu des personnes s’aventurer au sommet avec claquettes et de petits enfants sur le dos – ce n’est vraiment pas une bonne idée !

Nous n’avions pas de bonnes conditions pour la montée, mais apparemment, c’est plutôt la règle que l’exception. Déjà au moment du départ, on s’est pris une grosse averse. Nous étions à deux doigts d’abandonner, mais nous sommes contents d’être allés jusqu’au bout. Même si on était trempé, même si on n’a rien vu du tout (du brouillard tout au long du chemin), même si c’était dur avec le froid et le vent – on y est arrivés, et on est fier de nous !

Sauf si vous êtes de grands sportifs, l’ascension de la Soufrière suffit comme programme pour une journée. Après l’effort de la randonnée, vous pouvez reposer vos pieds (ou corps, si vous avez amené le maillot) dans les Bains Jaunes près du parking. Ensuite, nous sommes rentrés au gîte des Cycas pour une après-midi de farniente sur notre terrasse :

terrasse les cycas saint claude
Terrasse Les Cycas Saint-Claude

Jour 3 – Deshaies et le saut d’Acomat

Le troisième jour, nous sommes partis à l’extrémité nord-ouest de Basse-Terre pour visiter Deshaies. Le petit bourg n’est pas vraiment exceptionnel. Mais vous pouvez vous y arrêter pour manger dans un des restaurants qui donnent sur la petite baie de ce village de pêcheurs – le cadre est très sympa. Nous y sommes surtout allés pour visiter le jardin botanique qui se trouve un peu avant d’arriver à Deshaies même. L’entrée est à 15,90 € par adulte.

Il s’agit de l’ancienne propriété de Coluche, classé Jardin remarquable – et de justesse. La variété de plantes est impressionnante : plus de 1300 espèces tropicales. Lors de la promenade dans le parc, on peut découvrir les plantes, mais également des oiseaux (perroquets, aras, flamants roses) dans un cadre splendide. Si vous le souhaitez, vous pouvez déjeuner sur place, et le magasin est très bien fourni si vous cherchez encore un souvenir.

Suite à cette matinée dans le parc, nous nous sommes détendus à la plage de la Grande-Anse. Selon certains, c’est une des plus belles de la Guadeloupe. Elle est en effet très jolie, et on peut même y trouver quelques places à l’ombre sous des palmiers. Attention néanmoins lors de la baignade, le fond descend très vite ce qui la rend un peu dangereuse pour les enfants.

Sur le chemin du retour, nous avons fait une dernière station au saut d’Acomat, une jolie cascade un peu au sud de Pointe-Noire. On y accède par un chemin difficile qui descend raidement. De bonnes chaussures sont donc à privilégier. Malheureusement, il y avait beaucoup de monde lors de notre arrivée. Nous vous conseillons de vous éloigner un peu de la cascade et de plutôt profiter des endroits plus tranquilles en contre-bas. D’autant plus qu’à priori, la baignade dans la cascade est interdite par mesure de sécurité.

Jour 4 – Chutes du Carbet et Bains de Dolé

Notre quatrième jour en Basse-Terre était une autre journée de randonnée : destination les chutes du Carbet.

Malheureusement, une fois sur place, on a appris que la randonnée vers la première chute qu’on voulait faire était fermée depuis juillet 2018 suite au passage du cyclone. Nous vous recommandons de bien vous renseigner avant de partir si elle est à nouveau accessible. La réouverture n’est pas prévue pour tout de suite, le cyclone ayant causé de sévères dommages.

Nous avons néanmoins pu voir la deuxième chute, qui est la plus proche du centre d’accueil. On y accède par un chemin bien balisé en environ 20 minutes de marche (entrée : 2,50 € par personne). Par contre, elle ne vaut pas vraiment le détour à elle toute seule, sauf si vous êtes déjà dans le coin.

Deuxième chute du Carbet
Deuxième chute du Carbet

Ayant eu envie de marcher, nous nous sommes rabattus sur une autre randonnée à proximité des chutes, la trace du tour du Grand Étang. Le chemin (pas partout en bon état) mène en une boucle d’environ 1h30 autour d’un grand lac. En chemin, on peut s’arrêter à l’observatoire flottant destiné aux ornithologues. La balade dans la forêt est agréable, mais pas à sous-estimer ! On s’attendait à une promenade sans difficulté et on était assez fatigué à l’arrivée.

Trace du Grand Étang - Basse-Terre
Trace du Grand Étang – Basse-Terre

Pour nous détendre, nous avons fini la journée aux Bains de Dolé (entre Trois-Rivières et Gourbeyre). A l’arrivée, on découvre d’abord le bassin appelé « bain des amoureux », à cause de sa forme en cœur. C’est le seul qui est aménagé. Nous ne nous sommes pas arrêtés là mais avons continué un chemin peu tracé dans la végétation. Le passage n’est pas facile, mais à l’issue vous êtes récompensés par un des plus jolis sites qu’on a pu voir en Guadeloupe :-).

  • Bains de Dolé Basse-Terre

Baignade dans des sources chaudes, en plein milieu d’une végétation luxuriante ! C’était un vrai moment de bonheur et de détente !

Jour 5 – Distillerie Longueteau et mémorial ACTe

Sur le chemin du retour vers l’aéroport de Pointe-à-Pitre, nous avons fait une halte à la distillerie Longueteau, un peu avant Sainte-Marie. Vous avez la possibilité de visiter la distillerie lors d’une visite guidée. Autrefois gratuite, elle coûte désormais 8 € par personne. On vous fait le tour du domaine et vous explique en détail le processus de fabrication du rhum. Ce n’est pas indispensable (surtout pour le prix), mais intéressant quand même.

  • Distillerie Longueteau Basse-Terre
  • Champs Distillerie Longueteau Basse-Terre
  • Champs Distillerie Longueteau Basse-Terre

Suite à la visite, vous aurez l’occasion de goûter et faire vos achats à la boutique qui est bien fournie. Nous avons fait le plein avant de rentrer en France pour faire profiter amis et famille ! 🙂

Dernière étape avant de prendre l’avion : le mémorial ACTe à Pointe-à-Pitre qui retrace l’histoire de l’esclavage dès le début jusqu’à nous jours. Nous avons rarement vu un musée aussi impressionnant ! D’une part, il est flamboyant neuf (inauguré en 2015) et doté d’une technologie de pointe. L’audio guide se déclenche automatiquement en fonction de l’endroit où on se trouve. D’autre part, la muséographie est extrêmement bien et met en lumière des aspects variés de ce sujet difficile. Nous avons vraiment adoré cette visite !

Si vous le souhaitez, vous pourrez manger sur une place. Le restaurant dispose d’une terrasse agréable qui donne sur le port, et les plats sont très bons.

Petit conseil pratique : Si vous visitez le mémorial avant de prendre votre vol (comme nous), prévoyez suffisamment de temps. Nous avions sous-estimé le trafic difficile à Pointe-à-Pitre et étions assez stressés pour faire le plein de la voiture de location avant de la rendre. D’autant plus que la première station de service visée n’avait plus de carburant …

Où loger et manger à Basse-Terre ?

Pendant notre séjour à Saint-Claude, nous avons logé au gîte des Cycas, dans un grand bungalow avec cuisine et terrasse privée.

Le cadre y est très sympa car les différents logements sont situés dans un joli parc, autour d’un petit plan d’eau central.

Notre bungalow était grand, par contre l’équipement était un peu vétuste et pas parfaitement propre. Il faut aussi savoir qu’il y a un micro-climat un peu spécial. Puisque le site se trouve sur le flanc du volcan, il pleut souvent. Mais dès qu’on descend vers la mer, la météo s’améliore généralement très vite et les degrés remontent tout aussi. C’était un vrai avantage pour nous d’être au milieu de la nature et au calme. Par contre, cela implique aussi qu’on est loin de tout et qu’il faut systématiquement prendre la voiture pour aller dîner.

Saint-Claude est un point de départ idéal surtout pour la randonnée de la Soufrière. Par contre, si vous prévoyez d’explorer surtout le nord-ouest de Basse-Terre, vous aurez pas mal de route (pour Malendure et Deshaies par exemple). Choisissez donc bien votre logement en fonction de votre programme. Après réflexion, un logement vers Bouillante aurait pu être bien pour nous aussi.

En terme de restaurants, nous avons testé les suivants à proximité de Saint-Claude :

  • La Table Créole (sur la Marina de Rivière-Sens) : ce n’est pas donné, mais très bon restaurant avec un cadre sympathique (les tables donnent sur le petit port). Une réservation peut être utile.
  • Habitation Desmarets : restaurant installé sur le site d’une ancienne distillerie. L’habitation Desmarets a su nous séduire par son cadre splendide, le bon service et la qualité dans l’assiette. Par contre, les prix sont en fonction et il faut prévoir le budget.
  • L’Estrade de Charline : nous y avons dîné un lundi soir où nous avions beaucoup de mal à trouver un restaurant ouvert le soir. Solution provisoire au début, nous y avons finalement passé une bonne soirée. Service attentif et bon rapport qualité-prix.

Nous espérons que vous avez maintenant envie de découvrir Basse-Terre et que nos conseils pourront vous aider dans vos préparatifs de voyage. Bon séjour en Guadeloupe !

(Bretzel)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *